Avertir le moderateur Les blogs du Téléthon sont hébergés par blogSpirit Téléthon 2015 header

Compte-rendu de la journée RAISE : la Dermatomyosite Juvénile

Le 17 novembre dernier, 4 membres du GIMI étaient présents à cette première journée du centre de référence des maladies rhumatologiques et auto-immunes rares de l'enfant.

Nous avons résumé ci-dessous deux interventions concernant la Dermatomyosite Juvénile. Une pathologie différente de celle de l'adulte, qui laisse les parents dans un profond désarroi.

 

vasculopathie, myoblastes, myogénèse, angiogenèse, interféronopathie, dermatomyosite juvénile, Dr Bader-Meunier, Dr Cyril Gitiaux, hôpital Necker-Enfants Malades, anticorps NXP2

 

Compte-Rendu de la Journée annuelle du centre de référence

des maladies rhumatologiques et auto-immunes rares de l'enfant (RAISE)

du 17 novembre 2017

 

1. Présentation de la DMJ par le Dr Bader-Meunier

de l'hôpital Necker-Enfants Malades pédiatre – sce Immunologie-hématologie pédiatrique

  

Descriptif de la dermatomyosite juvénile (DMJ)

La DMJ est une pathologie rare qui atteint 2 à 3 enfants/1 million. La DMJ représente malgré tout 85 % des myosites de l'enfant. L'âge moyen est de 5 à 7 ans. Les atteintes ne sont pas les mêmes et varient d'un enfant à l'autre.  La DMJ peut évoluer de façon chronique et engager le pronostic vital dans les formes les plus sévères avec un taux de mortalité de 1% lié à des atteintes digestives particulières à l'enfant. Il y a de nombreuses différences par rapport à la dermatomyosite adulte. Il y a possibilité de rémission totale dans la DMJ (pas de chiffre précis connu – entre 40 et 60%).

 Un large éventail d'atteintes, plus ou moins prononcées

Les atteintes ne sont pas les mêmes et varient d'un enfant à l'autre. Les atteintes cutanées peuvent être peu visibles, ou aller jusqu'à des rashs importants et des ulcérations des tissus.  De même les muscles peuvent être plus ou moins atteints.  Certains enfants peuvent présenter des atteintes pulmonaires, digestives, des calcinoses, une lipodystrophie.

 Différences par rapport à la dermatomyosite de l'adulte 

 - La DMJ n'est pas corrélée à l'apparition d'un cancer (très peu de cas)

Les différentes atteintes 

- fièvre : absente ou modérée : 16-65 %

- arthrite : 23-58 % des cas – atteinte symétrique des grosses et petites articulations

- atteinte cardiopulmonaire :

dyspnée : 7-43 % , pneumopathie interstitielle, atteinte cardiaque infra-clinique dans la moitié des cas : troubles de conduction

- atteinte gastro-intestinale : 22-37 % : dysphagie, ulcérations, perforations, hémorragies digestives, malabsorption

- autres : oculaire nodule cotonneux, œdème rétinien, atteinte rénale

Il y a très peu de forme familiale. La seule maladie monogénique qui se rapproche de la DMJ est le syndrome de Candle (interféronopathie monogénique).

Les traitements 

Une étude adultes/enfants a permis de constater que l'association corticoïdes et méthotrexate (plutôt que corticoïdes et ciclosporine) semble avoir la meilleure efficacité et tolérance. Le rituximab a montré une bonne réponse, particulièrement chez les DMJ associées à des anticorps spécifiques. Récemment, quelques DMJ ont été traitées avec des inhibiteurs Jak permettant de diminuer la signature interféron ; les résultats sont encourageants, tout comme chez l'adulte (étude très préliminaire : 2 enfants ont été traités à ce jour).

Tout comme chez l'adulte, les réponses aux traitements sont très variées ; … d'où la nécessité d'adapter le traitement à chaque cas.

Les jeunes patients qui présentent une vasculopathie importante ont une DMJ qui est souvent résistante aux traitement habituels (corticothérapie et méthotrexate). On leur propose alors d'autres immunosuppresseurs et des échanges plasmatiques (plasmaphérèses) dans des formes très sévères.

 Evolution

monocyclique : 41 % (une seule poussée)

chronique/polyclinique : 59 % (plusieurs poussées)

 Vous trouverez ci-après une vidéo avec un exposé encore plus complet de la dermatomyosite juvénile par le Dr Bader-Meunier :

https://www.youtube.com/watch?v=lf20Cxrxoak

 

2. Muscles et DMJ - Présentation par le Dr Cyril Gitiaux, Neuropédiatre de l'hôpital Necker-Enfants Malades

 Histologie du muscle

Le muscle présente une combinaison de plusieurs atteintes qui peut être très variable :

- infiltration de cellules inflammatoires périvasculaires

- atteinte capillaire (vasculaire) majeure avec au sein du muscle des infarctus musculaires

- une atrophie périfasciculaire (le fascicule regroupe 20 à 40 fibres musculaires)

L'atteinte vasculaire reste encore incomprise. A l'heure actuelle, on constate un dépôt de complément (ensemble de protéines) qui semble être lié à une destruction progressive du tissu vasculaire.

Grâce à une étude comparative des signes cliniques et des biopsies, on a pu distinguer 2 groupes de sévérités différentes qui se distinguent par la sévérité de l'atteinte vasculaire constatée par biopsie musculaire.

 L'anticorps NXP2 : un facteur de gravité ?

L'anticorps NXP2 est souvent associé à une vasculopathie importante et a des DMJ plus sévères.

biopsie musculaire

Au vu de ce qui a été détaillé, la biopsie musculaire qui avait été un peu délaissée pendant un temps, est actuellement considérée comme un atout à la classification, associée à l'évaluation clinique et au dosage des anticorps ; elle permet de situer la gravité de la maladie surtout lorsqu'il y a une vasculopathie importante.

 

Dernières études

En étudiant les interactions angiogénèse myogénèse dans un muscle atteint de dermatomyosite, on constate un pic des propriétés angiogéniques des myoblastes.  On constate que l'interféron dérégule totalement l'activité de ces myoblastes. La sévérité de l'atteinte vasculaire est corrélée à la signature interféron.

NB : L'angiogenèse est le processus de croissance de nouveaux vaisseaux sanguins (néovascularisation) à partir de vaisseaux préexistants. La myogénèse est la formation des tissus musculaires. Les myoblastes sont les cellules souches (blastes) à l'origine de la formation embryologique des muscles striés.

 

Questions du public :

Dans la DMJ, retrouve-t-on les mêmes anticorps que dans la dermatomyosite de l'adulte ? (le GIMI)

Réponse (Dr Cyril Gitiaux) : oui tout à fait. Il n'y a pas d'anticorps spécifiques à la DMJ. Par contre ils ne seraient pas associés aux mêmes manifestations cliniques. L'évolution est différente à celle de la dermatomyosite de l'adulte.

Lorsque la DMJ est très sévère, faut-il les traiter beaucoup plus fort que les autres d'emblée ? Que proposez-vous ?

Réponse (Dr Bader-Meunier) : pour l'instant on traite d'abord de façon standard toutes les DMJ, mais l’on peut être amené rapidement à modifier le traitement en cas d’évolution non favorable.

Après traitement, est-ce qu’une vasculopathie est toujours présente ?

Réponse (Dr Gitiaux) Non elle peut guérir chez certains patients après traitement.

Est-ce que vous apportez une solution aux conséquences de la maladie de la DMJ lorsque l'enfant devient adulte et qu'il y a de très importantes rétractions musculaires avec un handicap important ? Y a-t-il une reconstruction musculaire possible ? (GIMI)

Réponse (Dr Gitiaux) : Non à l'heure actuelle, on n'a pas de moyen pour booster la régénération musculaire.  La recherche pour le moment est au niveau cellulaire. 

 

Daniel Ponce (responsable du GIMI) présente l'AFM-Telethon et les fonctions et rôles du GIMI :

- faire connaître les myosites inflammatoires, et partager l'information médicale et les expériences des patients par différents moyens :

- plateforme téléphonique, mail, blog, et page facebook, et journées d'information

- répondre aux besoins spécifiques des malades grâce aux réseaux de l'AFM-Telethon (les services régionaux et les référents parcours santé)

- assister aux congrès médicaux en France et à l'international,

- promouvoir du matériel spécifique (exosquelette)

- faire inscrire la balnéothérapie dans le PNDS

- création d'une cellule spécifique DMJ avec l'aide du Dr Bader-Meunier (en cours)

 

Le GIMI est en train d'étudier avec le Dr Bader-Meunier la possibilité de créer une cellule spéciale dédiée à la DMJ, composée de parents d'enfants et d'adultes ayant eu cette maladie. 

Anne pour le GIMI

 

 

Facebook :

https://www.facebook.com/groupegimi.fr/

 

Blog :

http://myopathiesinflammatoires.blogs.afm-telethon.fr/

 

 Lien pour le programme de la journée annuelle du centre de référence des maladies rhumatologiques et auto-immunes rares de l'enfant (RAISE). https://goo.gl/62RfRC

 

 

 

 

Commentaires

  • Merci Anne pour cet article. Je suis concernée (dermatomyosite de l'enfance), j'ai eu cortisone a forte dose (60mg a 10 ans), methotrexate, plasmapherese etc etc) Aujourd'hui adulte (49 ans) avec de fortes séquelles ( calcinoses importantes, rétractions musculaires et articulaires, fauteuil roulant) mais plus aucunes douleurs (ou si peu quand on sait ce que l'on a traversé) et plus aucun traitement depuis plus de 20 ans :)

Écrire un commentaire

Optionnel